Examen du Code moto et examen du Code auto : lequel est le plus difficile ?

134
Partager :

Pour rouler avec un véhicule à moteur sur les voies publiques, vous devez avoir le permis de conduire approprié selon le Code de la route. Afin de l’obtenir, il vous faut passer l’examen, dont une partie est théorique et l’autre pratique. C’est au niveau de l’examen théorique (l’examen du Code) que les difficultés se rencontrent le plus souvent en fonction du type de permis convoité. L’examen du Code auto et celui du Code moto présentent tous deux des complexités à bien des égards. Bien des personnes estiment que l’un est plus coriace à passer que l’autre, et vice-versa. Qu’en est-il en réalité ? Trouvez ici des éléments de réponse !

L’essentiel à savoir sur l’examen du Code moto

L’examen du Code de la route pour moto est obligatoire depuis le 1er mars 2020. En lieu et place des questions orales spécifiques aux deux-roues qui étaient posées en marge des épreuves de plateau, il y a désormais l’ETM (Épreuve Théorique de Moto). Les titulaires du permis B ont alors l’obligation de passer cet examen pour avoir le permis A2 et pouvoir piloter un deux-roues.

A découvrir également : Que couvre une assurance moto ?

L’épreuve du Code de la route pour moto

L’obtention du permis de conduire de moto passe par le succès à l’épreuve établie à cette fin. Cette dernière s’articule autour de thématiques sur lesquelles 40 questions sont posées. Il y a ainsi comme sujets :

  • le conducteur (10 questions),
  • les autres usagers de la route (5 questions),
  • la circulation routière (4 questions),
  • la route (4 questions),
  • la mécanique et les équipements (4 questions),
  • les notions diverses (3 questions),
  • la sécurité du passager et du véhicule (3 questions),
  • l’environnement (3 questions),
  • prendre et quitter son véhicule (3 questions),
  • les premiers secours (1 question).

Les questions de l’examen du Code de moto abordent des thématiques similaires à celles de l’examen du Code auto. Mais elles sont, à raison, très ciblées sur la conduite à moto. Elles paraissent techniques, ce qui fait croire à bien des personnes que l’obtention du permis de conduire de moto est difficile. Ce qui pourrait renforcer ce sentiment, c’est l’obligation qu’ont les personnes qui avaient un permis B de le passer. Cela suppose qu’il est très exigeant et peut-être plus que l’examen du Code auto. Jugez-en vous-même à travers son déroulement !

Lire également : La grille MotoGP pour 2019

Le déroulement de l’épreuve

Vous pouvez vous inscrire pour votre Code moto en ligne afin de vous préparer pour l’échéance. Vous avez la possibilité de vous présenter en passant par une auto-école ou en tant que candidat libre. Vous avez le loisir de choisir la date que vous désirez pour passer l’examen. Pour l’épreuve théorique, il vous faudra vous présenter, le jour J, au centre d’examen avec une convocation et une pièce d’identité autorisée.

femme sur moto

Le Code moto est jugé difficile par certaines personnes parce que la réussite n’est prononcée que lorsque l’épreuve théorique et la conduite en circulation sont passées avec succès. C’est surtout l’épreuve du plateau qui pose des soucis aux candidats. Si vous avez le permis B, cet exercice pourrait vous sembler particulièrement difficile. Mais si vous vous y préparez, vous le passerez avec brio. Signalons qu’en 2020, le taux de réussite au plan national à l’épreuve théorique de moto était de 69,14 % (source : Bilan des examens de conduire/Année 2020 du ministère de l’Intérieur).

Ce qu’il faut retenir de l’examen du Code auto

Le permis de conduire automobile s’obtient après la réussite à l’ETG (Examen Théorique Général) puis à l’examen pratique.

L’épreuve du Code de la route pour auto

Comme pour l’ETM, l’épreuve de l’ETG comporte 40 questions. Il est axé sur des thématiques telles que :

  • les règles de priorité,
  • l’écomobilité et l’éco-conduite,
  • les règles de circulation,
  • l’arrêt et le stationnement,
  • le croisement et le dépassent,
  • la signalisation verticale et horizontale,
  • la prise de conscience des risques,
  • les usagers vulnérables et le partage de la route, etc.

Rappelons que depuis 2016, le nombre des questions parmi lesquelles sont tirées la quarantaine de questions constituant l’épreuve est passé à 1 000, contre 700 auparavant. Cela ajoute une certaine complexité à l’épreuve. Depuis la dernière réforme de l’examen du Code auto, c’est l’intelligence du candidat qui est véritablement évaluée.

Le déroulement de l’épreuve

L’examen théorique général permettant d’obtenir le permis de conduire auto suit le même processus que l’examen du Code moto. La durée de l’épreuve va généralement de 25 à 30 minutes. Dans les premiers mois suivant la mise en vigueur de la réforme, le taux de réussite avait chuté de façon spectaculaire pour se retrouver 16 %. Or il tournait autour de 70 % dans les années précédant 2016. Mais quelques années plus tard, en l’occurrence en 2020, le taux de réussite est monté à 59,85 %.

Au vu des pourcentages de réussite à l’examen du Code moto (69,14 %) et à l’examen du Code auto (59,85 %), l’un peut sembler plus facile que le second. Mais ces chiffres ne suffisent pas pour affirmer cela. Et pour cause, il n’est pas évident que ce soient les mêmes candidats qui sont allés à ces deux examens la même année. La préparation reste la clé pour passer avec succès l’examen du Code, quel qu’il soit.

Partager :