Signaler un chantier sur la chaussée : obligations et réglementation !

11
Partager :
Signaler un chantier sur la chaussée obligations et réglementation

Que vous exerciez en tant que peintre, menuisier, maçon ou encore plombier, il vous est sûrement déjà arrivé d’intervenir sur un chantier empiétant sur la route. Toutefois, un chantier établi sur une voie publique constitue un réel danger pour les différents usagers.

D’ailleurs, il existe une réglementation à ce sujet qui s’applique spécifiquement à un chantier sur voirie dont la mise en place de panneaux de signalisation. Dans cet article, nous vous dirons tout ce qu’il y a à savoir sur les panneaux de signalisation pour signaler un chantier sur la chaussée.

A lire également : Comment faire des économies sur son assurance scooter ?

Les obligations légales de signalisation

La signalisation temporaire fait office d’avertissement et de guide pour protéger les utilisateurs de la route et les agents professionnels qui travaillent sur le chantier. Si vous recherchez des panneaux temporaires pour signaler vos chantiers, nous vous recommandons le site WP Signalisation avec un large choix de modèles et de taille et une qualité répondant aux normes françaises (ISO 9001, certification NF et CE). En réalité, des spécialistes comme WP Signalisation proposent une large variété de signalétiques pour chantiers.

Il existe trois principaux types de signalisation sur un chantier à savoir :

A découvrir également : Les indispensables à toujours avoir dans sa voiture

  • La signalisation des agents
  • La signalisation temporaire
  • La signalisation des voitures

Plusieurs facteurs doivent être pris en considération au moment de l’installation d’une signalisation de chantier :

L’environnement de travail : genre de voirie, densité du trafic, configuration géométrique de la voie, etc.

La cohérence de la signalisation : comptabilité de la signalisation temporaire avec celle déjà mise en place, le marquage au sol, le chantier.

La fiabilité des indications : prescriptions justifiées, signalisation mise à jour quotidiennement.

La lisibilité des consignes : position, indications, conformité aux règles.

La signalisation des individus : équipements de visibilité pour les agents intervenant sur le chantier.

Les panneaux : taille, couleur, supports, intervalle d’implantation, rétroflexion, pose et retrait…

Les types de signalisation

Zoom sur les différents types de signalisation sur chantier.

un chantier sur la chaussée obligations et réglementation

La signalisation d’approche

Elle est placée en amont de la zone de travaux et fournit des informations aux différents usagers de la route sur une situation proche.

Pour ce qui est de son emplacement, la signalisation d’approche doit être placée à environ :

  • 300 m avant la zone dans le cas où il s’agirait d’un panneau indiquant une zone de travaux proche.
  • 200 m avant le chantier pour une signalisation qui indique une modification de la voirie.
  • 100 m avant la zone pour un panneau qui signale une limitation de vitesse.
  • Entre 30 et 50 m avant la zone pour une signalisation qui avertit d’une zone de travaux piétons.

La signalisation de position

Il est question d’un panneau qui signale le changement de trajectoire aux utilisateurs de la voie. La signalisation peut être soit des panneaux zébrés ou bien des cônes de signalisation. Dans le cas où il s’agirait d’un changement de trajectoire, le nouveau parcours devra être retracé en jaune. Les piétons doivent être protégés grâce à un balisage et à la voie de circulation séparée du parcours des utilisateurs.

Au besoin, un panneau doit prévenir les piétons de changer de trottoir pour leur bien-être et leur sécurité. La signalisation de position indique le plus souvent la zone de travail par un biseau de raccordement, un balisage longitudinal et un balisage frontal.

La signalisation de fin de prescriptions

Cette signalisation a été placée pour indiquer la fin du danger sur toute l’étendue du chantier. Les usagers de la route doivent être avertis grâce à un panneau mis en place à la fin de la zone de travaux. Ces signalisations doivent comporter explicitement les indications « Fin de chantier » ou « Fin de travaux ». La loi prescrit aussi l’établissement de panneaux de fin d’interdiction 50 m après la signalisation « Fin de chantier ».

Il peut être question d’un panneau générique indiquant la fin de toutes ces interdictions, ou encore d’une signalisation spécifique par interdiction. Il est également possible d’intégrer un panneau temporaire qui précise aux conducteurs la vitesse limite à adopter.

La signalisation des cas particuliers

Le travail de nuit est très récurrent au niveau de certains chantiers. Face à cette situation, un panneau spécifique pour la nuit s’avère nécessaire. Ces signalisations sont souvent obligatoirement accompagnées d’un avertissement lumineux (clignotant) et doivent être réfléchissantes. Le dispositif lumineux concerne aussi le balisage ainsi que la signalisation de position. Les éventuels accidents et corollaires possibles des interventions effectuées sur les chaussées doivent être signalés par des panneaux de signalisation d’urgence.

Cela concerne principalement les dangers temporaires qui n’entravent pas la circulation sur la chaussée, mais qui demandent une grande prudence (route glissante, gravillons, chaussée déformée, etc.). Mais aussi, les dangers temporaires qui bloquent une grande partie de la chaussée doivent également être signalisés à l’instar des éboulements ou des accidents.

En revanche, quand les travaux réalisés sur un chantier bloquent un des deux parcours d’une route à double sens, alors l’alternat sera de mise. Il faut toujours s’assurer d’avoir un panneau pour éviter des éventuels accidents.

Partager :