Comment se déroule la conduite accompagnée ?

1478
Partager :

Instaurée en 1990, la conduite accompagnée permet à des milliers de jeunes de se former sur un temps long. Grâce à la présence d’un accompagnateur, le jeune conducteur se familiarise par étape avec un véhicule. Aussi appelée l’AAC (apprentissage anticipé de la conduite), cette méthode est idéale pour prendre confiance et gagner de l’expérience avant de passer l’examen final du permis de conduire. Quelle sont les conditions et le fonctionnement de la conduite accompagnée ? Voilà les informations essentielles à savoir !

Le fonctionnement de la conduite accompagnée

Pour se former avec la conduite accompagnée, un jeune conducteur doit suivre 3 étapes :

Lire également : Nettoyage phares voiture : astuces bicarbonate pour clarté optimale

La formation à son auto-école : avant de prendre la route, il faut bien sûr qu’il parte avec quelques bases. Cette formation initiale compte 20h au moins de conduite afin de connaître les règles essentielles. Il peut ensuite passer un examen théorique : le code. Le code est une attestation qui valide la formation initiale. Il faut savoir toutefois que cette attestation n’est valable que 3 ans (2 ans pour une formation classique).

La phase de conduite avec un accompagnateur : l’apprenant a entre 1 et 3 ans pour conduire les 3000 km obligatoires pour pouvoir passer la seconde évaluation. L’accompagnateur doit quant à lui être âgé d’au moins 23 ans et avoir un permis ancien de 5 ans minimum. Aucune faute grave ne doit été commise et le permis ne doit jamais avoir été suspendu. L’auto-école doit noter le nom du ou des accompagnateurs déclarés. La compagnie d’assurance doit par ailleurs être prévenue et donner son accord quant au prêt du véhicule au jeune conducteur. L’assureur peut toutefois refuser à l’accompagnateur ce rôle si des infractions importantes ont déjà eu lieues.

A voir aussi : C’est l’heure de changer les pneus de votre voiture

Le suivi et l’examen pratique : il y a deux rendez-vous de prévus par l’auto-école afin de vérifier que le processus se déroule comme il faut. Ces bilans sont obligatoires. Le premier rendez-vous est pris entre 4 et 6 mois après que le jeune conducteur ait reçu sa première attestation suite à sa formation initiale. Il doit avoir effectué à peu près 1000 km. Le deuxième rendez-vous a lieu peu avant que la phase de conduite accompagnée soit achevée (pendant les deux derniers mois). 3000 km doivent avoir été parcouru au minimum. Chaque examen passé est noté sur un livret dédié à la conduite accompagnée suivie. Ce livret est fourni par l’auto-école qui suit l’élève.

Pour connaitre les prix de la conduite accompagnée, n’hésitez pas à consulter le site de l’auto-école Ornikar.

La conduite accompagnée, c’est pour qui ?

Si vous avez au moins 16 ans et que vous souhaitez être rapidement indépendant et apprendre à conduire, la conduite accompagnée est faite pour vous. Il n’y a pas de limite d’âge pour cette formation à la conduite, un adulte peut donc aussi choisir cette formation. Une personne handicapée est également autorisée à la faire, à condition d’avoir un véhicule aménagé ou adapté à son handicap.

Une fois que les évaluations pour la conduite accompagnée sont passées, le nouveau conducteur peut enfin se présenter à l’épreuve pratique du permis dès qu’il a 18 ans.

Les obligations à respecter en conduite accompagnée

  • Le véhicule utilisé doit avoir 2 rétroviseurs latéraux afin que l’élève comme l’accompagnateur puissent voir la route.
  • Un nouveau conducteur n’est pas autorisé à dépasser les 80km/h sur les routes, 110 km/h sur les autoroutes limitées à 130 km/h et 100 km/h pour celles limitées à 110 km/h.
  • Le véhicule utilisé doit porter un disque mentionnant « conduite accompagnée ».
  • Le conducteur doit toujours être muni de son livret d’apprentissage et du document délivré par l’assurance attestant son autorisation.
  • Le conducteur n’est pas autorisé à passer les frontières françaises.

En choisissant la conduite accompagnée, vous mettez toutes les chances de votre côté pour obtenir votre permis de conduire. En effet, cette méthode a un taux de réussite plus élevé que le passage en examen traditionnel.

Les avantages de la conduite accompagnée pour les jeunes conducteurs

La conduite accompagnée présente de nombreux avantages pour les jeunes conducteurs. Elle permet de se familiariser avec la voiture et la route en douceur, sans pression ni stress excessif. Les heures passées à bord du véhicule en compagnie d’un accompagnateur sont l’occasion de prendre confiance en soi et d’apprendre progressivement à maîtriser le volant.

La conduite accompagnée offre une expérience pratique indispensable pour passer l’examen du permis de conduire. Effectivement, le jeune conducteur a davantage l’opportunité de s’entraîner sur des routes variées et dans différents contextes (ville, campagne, etc.), ce qui est un atout considérable pour réussir son examen.

Cette méthode permet aussi aux parents ou aux proches qui jouent le rôle d’accompagnateur de transmettre leurs connaissances techniques et pratiques acquises au fil des années ainsi que leur expérience personnelle. Ceci favorise une approche plus responsable et sécuritaire face à la route.

Grâce à sa durée minimale obligatoire de 1 an entre 16 ans révolus et 17 ans minimums, la conduite accompagnée encourage aussi les jeunes conducteurs à adopter un comportement prudent dès leurs premières expériences sur la route.

Ils peuvent également bénéficier d’une assurance auto moins chère par rapport aux autres types d’assurance auto grâce au capital disponible cumulé lors des périodes où ils ont été sous contrat comme co-conducteur principal pendant leur formation.

Donc, opter pour la conduite accompagnée comporte plusieurs avantages : elle permet une meilleure formation pratique et un taux de réussite plus élevé à l’examen du permis de conduire, encourage la responsabilisation des jeunes conducteurs, favorise une approche responsable face à la route ainsi qu’une assurance auto moins onéreuse. Tous ces éléments rendent cette méthode d’apprentissage attractive pour les candidats souhaitant apprendre à conduire en toute sécurité.

Les étapes à suivre pour passer de la conduite accompagnée à la conduite seule

La conduite accompagnée est une étape cruciale dans le parcours visant à obtenir son permis de conduire. Il arrive un moment où les jeunes conducteurs doivent passer de la conduite accompagnée à la conduite seule. Cette transition s’accompagne d’étapes précises, qu’il faut penser à bien suivre pour être autorisé à prendre le volant seul.

La première étape consiste en l’obtention du code de la route. Pour cela, le jeune conducteur doit réussir l’examen théorique général (ETG), qui porte sur les règles du code et les comportements à adopter sur la route. Il peut aussi opter pour une formation complémentaire, telle que l’apprentissage des notions liées aux premiers secours ou encore des thèmes portant sur l’éco-conduite.

Une fois le code obtenu, vient ensuite l’heure de se préparer au passage de l’examen pratique. Le candidat doit avoir acquis suffisamment d’heures de conduite et déterminé avec son enseignant quelles sont ses compétences acquises avant d’être prêt pour cet examen pratique.

Le jour J, le candidat passe devant un inspecteur qui évalue sa capacité à maîtriser son véhicule dans toutes les situations : circulation urbaine dense ou non ; périphérique ; stationnement en créneau ou en bataille … Si tout se passe bien, il obtiendra son permis probatoire et sera alors autorisé à circuler seul au volant.

Ce n’est pas fini ! Les jeunes titulaires d’un permis probatoire disposent de 6 points et doivent attendre 3 ans sans infraction pour obtenir la totalité des points. Ils sont aussi soumis à certaines restrictions telles que le taux limite d’alcoolémie, la circulation sur les voies rapides ou encore l’interdiction de conduire entre minuit et six heures du matin.

Passer de la conduite accompagnée à la conduite seule nécessite l’obtention du code de la route ainsi que le passage réussi de l’examen pratique. Une fois obtenu, pensez à bien respecter les obligations avant d’être pleinement autonomes au volant et pouvoir circuler en toute sécurité.

Partager :