La Ferrari la plus chère du monde au cœur d’une affaire familiale

1510
Partager :

Ferrari est l’une des marques de voitures de luxe les plus prestigieuses du monde. Elle a vu naitre des modèles qui ont marqué de nombreuses générations jusqu’à nos jours. C’est justement un de ses modèles les plus rares qui opposent toute une famille. Il s’agit notamment de la Ferrari 250 GTO dont il n’existe que 3 exemplaires dans le monde entier quel que soit le garage ferrari où vous cherchez. Ainsi, cette affaire amenée en justice oppose Patrick Bardinon à son frère et sa sœur. Ceux-ci l’accusent d’avoir vendu un bien qui leur était commun. D’un autre côté, Patrick réplique que cette voiture lui a été offerte par son père.

Le déroulement des faits

L’affaire qui oppose Patrick Bardinon à ses frères et sœurs Jean François et Anne Bardinon est jugée hors du commun. En effet, tout y est exceptionnel. Cela commence par le modèle de voiture. Il s’agit de l’une des plus rares au monde. C’est une vraie pièce de collection qui fait partie des plus prisées pour les amateurs de ce type de véhicule. Ensuite, il y a le prix auquel il a été cédé à un homme d’affaires taiwanais.

A lire aussi : Parking aérien : la nouvelle solution pratique pour le stationnement

Il s’agit d’une somme de 30 millions de dollars, de quoi attirer certaines convoitises. C’est en ce sens que son frère et sa sœur ont porté plainte contre lui du fait qu’il a vendu un bien qui leur était commun. C’est ce que réfute Patrick qui affirme qu’il lui a été offert par son père.

La défense de Patrick Bardinon

A voir aussi : Comment financer son permis de conduire poids lourd ?

Suite aux accusations de son frère et de sa sœur, Patrick Bardinon se défend en affirmant que cette pièce incroyable était un cadeau de son père. Celui-ci le lui a remis suite à un accident qu’il aurait eu quand il était pilote en formule 3. Ayant frôlé la mort, son père s’en est voulu et pour se faire pardonner, il a fait ce geste incroyable.

Toutefois, les avocats de la partie civile ne sont pas d’accord avec cette version des faits. En effet, il n’y a rien qui prouve que les choses se sont passées ainsi même si l’accident a réellement eu lieu. Ainsi, après la plaidoirie de ces avocats, Patrick Bardinon a eu un malaise. De ce fait, la cour a suspendu les audiences jusqu’à une date ultérieure.

Les conséquences pour le marché des voitures de collection

Cette affaire de famille qui secoue la haute sphère des voitures de collection pourrait avoir des répercussions importantes sur le marché. En effet, cette Ferrari 335 Sport Scaglietti est considérée comme l’une des plus belles pièces du monde dans ce domaine et son prix estimé avoisine les 30 millions d’euros.

De telles sommes représentent un investissement important pour les passionnés de voitures anciennes et/ou rares. Si une telle voiture devait être saisie par la justice ou vendue au plus offrant, cela ferait baisser sa valeur aux yeux du marché. Cela pourrait aussi engendrer une baisse globale des prix pour toutes ces voitures exceptionnelles car cela créerait un climat d’incertitude quant à leur statut juridique et donc leur propriété effective.

Certains experts estiment que cette affaire ne devrait pas affecter durablement le marché et qu’il s’agirait plutôt d’un phénomène passager avant un retour à la normale. Toutefois, il faudra attendre encore quelques semaines pour voir quelle sera l’issue de ce procès très médiatisé qui fait trembler le monde feutré des collectionneurs automobiles.

Les enjeux financiers de l’affaire pour les parties impliquées

L’affaire de la Ferrari 335 Sport Scaglietti ne se limite pas à une simple querelle entre membres d’une même famille. Elle a des implications financières très importantes pour toutes les parties impliquées.

Tout d’abord, il y a Patrick Bardinon, l’héritier légitime de la voiture selon son point de vue. Si le tribunal lui donne raison, cela pourrait donner lieu à un dédommagement financier important pour tous les préjudices subis depuis plusieurs années : frais d’avocats, perte de valeur du véhicule suite aux travaux non autorisés…

De leur côté, les propriétaires actuels risquent eux aussi gros dans cette affaire. Effectivement, si le tribunal finit par reconnaître que Patrick Bardinon est bien l’héritier légitime et donc détenteur des droits sur la voiture, alors ils devront s’en séparer sans aucune compensation financière ou presque, puisqu’ils ont acheté celle-ci en toute bonne foi et à prix fort, considérant qu’elle leur appartenait pleinement.

Quant aux restaurateurs qui ont effectué les travaux incriminés sur la voiture sans l’autorisation des propriétaires, ce qui constituerait une violation de sa restauration historique, ils sont aussi menacés par cette affaire. Effectivement, ils s’exposent à des sanctions financières importantes si le tribunal considère que leur action a porté préjudice à la valeur de la voiture.

Pour les collectionneurs automobiles et les passionnés du monde entier, l’enjeu financier est aussi important : une décision de justice défavorable pourrait entraîner une baisse temporaire des prix sur le marché des voitures anciennes rares telles que celle-ci.

Cette affaire n’est ni plus ni moins qu’une guerre d’intérêts qui risque de bouleverser l’équilibre fragile du marché des voitures anciennes rares. Il faudra donc attendre avec impatience la décision finale du tribunal pour savoir comment ce dossier sera tranché et quel impact elle aura sur les parties impliquées ainsi que sur le marché en général.

Partager :